Lilles, sciences de l’éducation : classer 2800 dossiers pour 200 places

Categories Témoignage Prof de Fac

Je suis MCF [Note : maître/maîtresse de conférences] à l’Université de Lille en sciences de l’éducation.

Nous aurons plus de 2800 dossiers, nous le savons désormais. Nous avons 200 places. Par projection des voeux passés sur APB (qui eux étaient classés), on peut raisonnablement penser qu’il y a plus de 800 voeux qui sont des voeux n°1 dans l’esprit des lycéens.

Voilà la réalité d’une université asphyxiée volontairement par les pouvoirs publics depuis plusieurs années.

Comment on fait pour classer 2800 dossiers, avec 72h supplémentaires accordées pour le job pour toute la filière? (je vous laisse faire le calcul : 1 minute 30 secondes par dossier de simple lecture, sans comparaison entre les dossiers, sans discussions entre les membres de la commission, etc.), du 1er au 2800e ???

On ne fait pas, on fait faire… à des machines !

Le département va se prononcer la semaine prochaine, par un vote, pour se positionner officiellement face à cette situation ubuesque.

Tri social en L1 éco-gestion à Aix-Marseille

Categories Témoignage Prof de Fac

Ce témoignage a été fuité aujourd’hui par un.e enseignant.e de l’UFR éco-gestion de l’Université Aix-Marseille. Merci à elle ou lui pour cet acte de transparence.

Voici la procédure qui a été adoptée par l’équipe de direction. A part elle, pas grand monde n’est au courant.

Je dois d’abord préciser que chez nous, la L1 est une sorte de portail commun pour toutes les mentions, sauf les mentions anciennement sélectives. Les capacités d’accueil ont été augmentées par rapport à l’an dernier. Les réponses aux voeux seront comme suit :

  • nous ne mettrons pas de « non »
  • nous mettrons oui » pour les bacs généraux et bacs pro
  • nous mettrons « oui si » pour les bac techno

(chez nous, « oui si » ne signifiera pas une remise à niveau avant d’accéder au L1 mais un programme de L1 étalé sur deux ans, avec en principe un parcours d’accompagnement)

Seules deux personnes ont été habilitées sur la plateforme : 1 professeur des universités (vice-doyen), et 1 maître de conférence, désignées par le doyen.

Les voeux seront à priori classés selon trois critères à préciser :

1) le type de bac 2) la moyenne de l’élève sur l’année divisée par la moyenne de sa classe 3) le lycée d’origine

Il a été décidé que les lettres de motivation, les avis enseignants et les fiches avenir ne seront pas examinées.

« La réputation des lycées d’origine compte… »

Categories Témoignage Prof de Fac

« Nous avons reçu ce témoignage d’un.e enseignant.e de classe préparatoire. Sélectives auparavant, les classes prépa restent sélectives aujourd’hui. La principale chose qui change, c’est que maintenant la sélection peut se baser sur les lettres de motivation de format « Parcoursup » (en suivant des critères qui n’ont pas été explicités auprès des candidat.e.s) et sur les avis « prédictifs » donnés par les enseignant.e.s de lycée. Ce témoignage montre comment les équipes locales créent des algorithmes « maison », qui ont un air très scientifique parce qu’ils sont fondés sur des calculs compliqués – mais, en même temps, qui ne contiennent pas tous les critères, puisque par exemple les lycées d’origine sont également pondérés en fonction de leur « réputation » « 

402 demandes pour 30 à 35 places. L’ensemble de l’équipe pédagogique examine les demandes:
1) les candidatures non recevables sont écartées (langues non enseignées, âge limite dépassé pour le concours,…)
2) chaque enseignant note chacune des candidatures entre 0 et 10,
3) la note donnée est affectée du coefficient de la matière au concours
4) la somme des notes constitue un score qui détermine le classement des candidats de 1 à 402.
La valorisation des lettres de motivation change chaque année car le consensus est difficile à établir. Le plus souvent elles ont un poids marginal, cette année il a été décidé que les lettres seraient consultées en amont afin d‘éliminer les candidats ne faisant pas état d’une motivation explicite pour les écoles préparées. Les avis des enseignants du secondaire en revanche sont pris en compte à la fois sur le niveau et les capacités de travail des élèves. Les notes du bac (Français et autres matières suivant les filières) ainsi que les moyennes sont déterminantes. La réputation des lycées d’origine compte de manière plus ou moins formelle.