De grandes injustices pour les élèves

Categories Témoignage Prof de Lycée

Je suis enseignant professeur principal en terminale. Nous avons reçu une formation à Parcoursup : quelques heures inutiles, puisqu’il s’agissait surtout de recevoir les instructions de la direction, totalement imperméable aux arguments d’ordre déontologique. Pour ce qui est de l’utilisation du logiciel, ce n’est pas sorcier.

J’ai décidé d’afficher clairement mon refus de faire usage ou de permettre de faire usage des critères des fiches avenir, en indiquant « très satisfaisant » pour chaque critère, et pour chaque élève, puisque ne pas les remplir équivaut à bloquer les voeux.
Quant à la partie chef d’établissement, nous avons pensé que le mieux serait un refus de se prononcer, en particulier sur la « capacité à réussir ». Mais cette décision a été concertée avec quelques collègues seulement.
Lors des conseils de classe, nous avons tenté de pousser les chefs d’établissement à rehausser systématiquement leurs appréciations, en réaffirmant nos arguments : 1) impossibilité matérielle de se prononcer, 2) incompatibilité avec le rôle d’enseignant dans le public, sur les plans déontologique et politique.

Nous savons aussi que les choses peuvent se passer très différemment d’un établissement à l’autre pour l’organisation des conseils de classe, et même d’un conseil de classe à un autre au sein d’un seul établissement, ce qui crée de grandes injustices pour les élèves. Par exemple, certains profs principaux « jouant le jeu » de la sanction du « degré d’engagement » et d' »esprit d’initiative » scolaire et extra-scolaire, là où d’autres refusent de le faire, pour les mêmes raisons déontologiques.

Tout ceci a occasionné du temps de travail supplémentaire, mais surtout le sentiment d’une perte de sens du travail d’enseignant.