« La réputation des lycées d’origine compte… »

Categories Témoignage Prof de Fac

« Nous avons reçu ce témoignage d’un.e enseignant.e de classe préparatoire. Sélectives auparavant, les classes prépa restent sélectives aujourd’hui. La principale chose qui change, c’est que maintenant la sélection peut se baser sur les lettres de motivation de format « Parcoursup » (en suivant des critères qui n’ont pas été explicités auprès des candidat.e.s) et sur les avis « prédictifs » donnés par les enseignant.e.s de lycée. Ce témoignage montre comment les équipes locales créent des algorithmes « maison », qui ont un air très scientifique parce qu’ils sont fondés sur des calculs compliqués – mais, en même temps, qui ne contiennent pas tous les critères, puisque par exemple les lycées d’origine sont également pondérés en fonction de leur « réputation » « 

402 demandes pour 30 à 35 places. L’ensemble de l’équipe pédagogique examine les demandes:
1) les candidatures non recevables sont écartées (langues non enseignées, âge limite dépassé pour le concours,…)
2) chaque enseignant note chacune des candidatures entre 0 et 10,
3) la note donnée est affectée du coefficient de la matière au concours
4) la somme des notes constitue un score qui détermine le classement des candidats de 1 à 402.
La valorisation des lettres de motivation change chaque année car le consensus est difficile à établir. Le plus souvent elles ont un poids marginal, cette année il a été décidé que les lettres seraient consultées en amont afin d‘éliminer les candidats ne faisant pas état d’une motivation explicite pour les écoles préparées. Les avis des enseignants du secondaire en revanche sont pris en compte à la fois sur le niveau et les capacités de travail des élèves. Les notes du bac (Français et autres matières suivant les filières) ainsi que les moyennes sont déterminantes. La réputation des lycées d’origine compte de manière plus ou moins formelle.