Résistances à la sélection à l’UFR Sciences d’Aix-Marseille Université

Categories Témoignage Prof de Fac

Je m’appelle Olivier Morizot, et je suis maître de conférences au dept de Physique d’Aix-Marseille Université, responsable de la licence Sciences & Humanités (hors département) et membre du comité de mobilisation des personnels AMU contre la loi ORE.

En tant que responsable de licence, membre de la commission enseignement et trouble-fête sur ces questions depuis décembre, je fais partie du groupe de travail ParcourSup créé par la direction de notre UFR Sciences (constitué d’une quinzaine de personnes, responsables de portails, de licences hors-portails et de membres de la commission enseignement) en réponse à la grogne montante des collègues au début du mois de janvier. Ce groupe s’est réuni 3 fois, la dernière fois remontant à mercredi dernier.

Avant ces réunions:

-le seul département ayant osé voté une motion contre parcoursup (maths) s’est vu opposer que comme nous ouvrions l’an prochain des portails à cheval sur plusieurs départements, leur vote resterait sans conséquence (quand bien même ce même vote n’a pas été proposé dans les autres départements)

-un nombre important de responsables a demandé de pouvoir classer les candidats 1er ex aequo mais s’est vu rétorquer que ce serait impossible, malgré la demande insistante

-on les a donc sommés de présenter une méthode de classement, laquelle reposait toujours uniquement sur les notes en sciences en terminale

-tous les portails envisageaient de mettre un OUI automatique à tous les bacs S et un « oui si » automatique à tous les autres bacs, sauf étudiants exceptionnels qu’on irait repêcher après coup.

Le surbooking à l’université…

Cependant, lors de la dernière réunion, on nous a appris qu’il sera possible faire du surbooking de 20% lors des premiers appels sur ParcourSup. Voire, sur négociation de monter le nombre des appelés dès le premier jour à l’Effectif annoncé + 50%

Il sera même possible de procéder à ce surbooking de manière plus subtile en fixant à la main le rang du dernier appelé lors de l’ouverture de ParcourSup. Cependant, cette procédure sera contrôlée et ne permettra pas de fixer ce rang à celui du dernier candidat, et donc ne permettra ni d’appeler tous les candidats dès le premier jour, ni d’éviter la procédure de classement.

Une possible astuce pour ne pas avoir à sélectionner

Nous avons envoyé un message sur la liste des personnels avec l’objet « Tout le monde ex aequo sur ParcourSup : ça semble possible », en reprenant simplement un paragraphe d’une notice ParcourSup produite par le ministère. Dans cette notice, il était mentionné que les formations pour lesquelles les capacités d’accueil seraient supérieures au nombre de candidats pourraient se permettre de ne pas classer. Ce à quoi nous avions donc ajouté, comme l’ont fait de nombreux collègues en France, qu’il suffirait probablement de monter l’information « Effectif » affichée pour nos formations sur ParcourSup à une valeur supérieure au nombre de candidats déclarés, pour éviter de fait tout classement. Et permettre à tous les candidats de recevoir dès le premier jour d’ouverture de ParcourSup une réponse positive et non affectée par un classement injuste.

L’UFR Sciences signale que nous nous serions trompés. On nous oppose que nous confondons « capacités d’accueil » et « effectifs ». Ou plutôt, que nous avons bien remarqué qu’il s’agit de la même chose mais que nous refusons de voir que ces effectifs devant se référer à nos capacités réelles et ces dernières ayant été votées en CFVU en janvier, il est inenvisageable de les modifier.

Je laisse à chacun la liberté de se faire une idée de cette ligne argumentaire. Pour notre part, nous continuons d’estimer cette solution pertinente et continuons de la défendre. Reste qu’au sein de ce groupe de travail ces arguments de l’UFR Sciences ont suffi à faire oublier les demandes des quelques responsables qui il y a quelques semaines réclamaient un classement premier ex-aequo de tous les candidats. La vice-direction de l’UFR insiste donc : dans tous les cas il faut classer.

On rappelle néanmoins que les candidats connaitront leur classement sur chacun de leurs voeux, et que les modalités de classement devront explicitement être mises à disposition par toutes les formations.

Comment certains vont classer selon les séries du Bac

Un point important : les classements ne pourront officiellement pas prendre en compte les séries du bac. Et ça inclue les réponses « oui si » que les formations envisageaient d’envoyer à tous les bacs non S, sauf rares exceptions. Le ministère insiste en effet qu’il ne peut y avoir de classement ou d’orientation automatique basé sur la filière du bac.
C’est donc sur l’ambiguité de ce terme « automatique » que de nombreuses facs envisagent de contourner cette recommandation ministérielle : en faisant cette sélection sur les séries du bac « manuellement » quoi que cela veuille dire, on ne tombe pas sous le coup de l’injonction ministérielle…

Enfin, le ministère met en place sur ParcourSup un « outil d’aide à la décision », càd d’aide au classement. L’UFR suggère l’utilisation de cet outil à toutes les formations ayant reçu un grand nombre de candidatures ce : 1. parce qu’il est pratique et déjà fourni, 2. parce que la législation sur ParcourSup est encore fluctuante, donc au moins en utilisant l’outil proposé par le ministère, on est couvert juridiquement en cas de recours.
Une formation à l’utilisation de cette outil est proposée aux référents ParcourSup dès ce vendredi 6 avril.

Dans cet outil, certes on n’a pas le droit de classer automatiquement sur la série du bac, mais les coeff et les notes prises en compte dans l’outil d’aide de parcoursup pourront varier selon la série du bac du candidat. C’est donc comme ça que les collègues trieront les séries du bac. Je laisse les lecteurs tirer leurs propres conclusions quant au caractère « non automatique de la procédure ».